Archives de Tag: trilogie de l’elfe noir

Terre promise, de R.A. SALVATORE [Livre III de la Légende de Drizzt]

Drizzt et Guenhwyvar quittant l'Outreterre

Drizzt et Guenhwyvar quittant l'Outreterre

Fiche signalétique:

Titre: Terre Promise
Cycle: Tome 3 de la trilogie de l’elfe noir
Auteur: R.A. Salvatore
Année: 2009
Editeur: Milady
Grand format, 333 pages.

Quatrième de couverture:

Drizzt a définitivement quitté l’Outreterre pour gagner le monde de la surface. Il espère trouver le foyer qu’il a toujours cherché. Mais il ne s’agit nullement de la terre promise qu’il avait espéré, bien au contraire. A la surface, les drows sont considérés comme des ennemis et des meurtriers et personne n’imagine qu’il existe des elfes noirs diffrents, capables de compassion, et qui aspirent à une vie meilleure. Drizzt sera chassé, traqué et il devra apprendre de nouvelles règles, prouver à la face du monde qu’il peut s’adapter et qu’il n’est pas nuisible ou malfaisant. Heureusement, certaines rencontres peuvent tout changer.

Mon avis:

Une bouffée d’air frais… Pas évident de prendre l’air tranquille quand on est un drow, la mauvaise réputation le précèdera toujours. Le début renouvelle l’envie d’en apprendre plus. L’Outreterre sur deux tomes, bien que fascinant et étrange endroit, a fini par me lasser. Regarder le ciel, vivre selon le rythme du jour et de la nuit, Drizzt découvre un nouveau monde. Il tente de l’appréhender du mieux qu’il le peut, sans oeillères, même si le soleil est dangereux pour son peuple qui a perdu l’habitude de vivre dans ces conditions.

Outre cela, il devra s’habituer aux divers habitants de la surface tels que gnolls, orcs ou encore humains. Il va devoir se forger une place même si certains ne le jugent qu’à sa couleur de peau et décrètent sa malveillance sans autre procès. Pourtant, des rencontres majeures vont avoir lieu, des rencontres qui vont faire évoluer notre renégat et l’épanouir grâce à Montolio et son fidèle Ululant, la petite Catti-Brie et Bruenor. Des amitiés vont se nouer ou tout du moins, un respect commun. Dans Terre Promise, ce n’est plus une fuite de son milieu mais une errance pour trouver son chez-lui « à la surface ». Et enfin, ne plus être seul, bien que Guenhwywar, sa panthère magique l’accompagne toujours.

Ce tome m’a beaucoup plus enivré que le deuxième. Et ceci grâce à toutes « les nouveautés » auxquelles Drizzt est confronté. Comparativement, il y a moins de combats mais d’autant plus de « socialisation », apprendre à découvrir autrui, être ouvert à d’autres cultures, d’autres coutumes. A l’instar du premier, c’est un livre plus profond plus ancré sur les sentiments de Drizzt, sur le regard des autres et leurs comportements réciproques. Concernant le style de R.A. Salvatore, les premiers chapitres sont peut-être un peu plus lent au démarrage sans pour autant être ennuyeux. Pour l’instant, cette saga m’a globalement tenue en haleine. A noter que ce tome termine la Trilogie de l’elfe noir. Mais il existe d’autres aventures, non plus centrées sur Drizzt, qui permettent de suivre l’errance du drow, notamment la Trilogie de Valbise.

*
Publicités

1 commentaire

Classé dans Fantasy, Livres

Terre d’exil, de R.A. SALVATORE [Livre II de la Légende de Drizzt]

Drizzt face à un flagelleur mental

Drizzt face à un flagelleur mental

Fiche signalétique:

Titre: Terre d’exil
Cycle: Tome 2 de la trilogie de l’elfe noir
Auteur: R.A. Salvatore
Année: 2008
Editeur: Milady
Grand format, 329 pages.


Quatrième de couverture:

Drizzt a quitté Menzoberranzan, sa ville natale, pour gagner les contrées sauvages de l’Outreterre. C’est le début pour lui d’une vie d’errance et de traque. Car Drizzt doit devenir un chasseur s’il veut prendre le dessus sur les créatures qui rôdent dans les profondeurs. Il peut heureusement compter sur l’aide de Guenhwyvar, sa fidèle panthère magique. Mais le jeune elfe noir n’est pas seulement confronté à la sauvagerie de contrées hostiles, il doit aussi faire face à une menace bien plus ancienne : sa famille ne l’a pas oublié et sa mère, la maléfique Matrone Malice, tient à resserrer les liens du sang  jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Mon avis:

Ce tome peut, peut-être, lasser le lecteur atteint de claustrophobie puisqu’à l’instar du premier tome, l’intrigue se déroule uniquement dans les tunnels souterrains de l’Outreterre. Point de retour à Menzoberrenzan, c’est la fuite vers la survie pour Drizzt Do’Urden. Les paysages décrits seront donc sensiblement les mêmes que ceux du livre précédent. La première partie est un peu ennuyeuse bien que l’on apprenne à mieux connaître encore notre héros renégat. Les autres parties nous montrent d’autres aspects de l’Outreterre, notamment la culture svirfnebeline. La quatrième puis la cinquième partie gagnent en puissance pour achever le crescendo distillé habilement tout au long de l’ouvrage.

Cependant, j’ai trouvé ce livre plus laborieux que le premier, bien que le style agréable de Salvatore soit au rendez-vous. La description détaillée des combats est toujours aussi immersive sans alourdir le texte. Il y a quand même, selon moi, quelques scènes qui n’ajoutent pas grand chose au récit mais elles sont peu nombreuses. Globalement, suivre les tribulations de ce drow a été passionnant. J’ai dévoré ce tome en moins de trois soirées tout de même.  Bien sûr, il faut aimer ce type d’univers ou ne pas être fermé au merveilleux pour adhérer au postulat de départ.

*

4 Commentaires

Classé dans Fantasy, Livres

Terre Natale, de R.A. SALVATORE [Livre I de la Légende de Drizzt]

Magnifique illustration par Todd Lockwood

Magnifique illustration par Todd Lockwood

Fiche signalétique:

Titre: Terre natale
Cycle: Tome 1 de la trilogie de l’elfe noir
Année: 2008
Editeur: Milady
Grand format, 376 pages.

Quatrième de couverture:
Drizzt est un elfe noir, un drow, né en Outreterre, un monde souterrain où abondent les créatures maléfiques et où le pouvoir s’obtient par la guerre ou le meurtre. L’honneur, l’amitié, l’amour n’y ont pas leur place. Drizzt y fait le rude apprentissage d’une vie de servitude au sein d’une société où chaque maison est dirigée par une matrone. Bien qu’il ait été élevé dans un système de valeurs totalement perverti et qu’il soit rompu à l’art du combat, Drizzt prend peu à peu conscience qu’il n’est pas comme les autres drows. Il aspire à une vie différente et refuse de devenir un assassin au service de sa maison. Mais il sait que, s’il veut survivre, il doit dissimuler et peut-être nier sa véritable nature. Jusqu’au jour où cela ne suffira plus. Et ce jour-là, Drizzt devra se battre seul contre tous.

Mon avis:
C’est le livre fondateur de légende du drow renégat. Un must-have pour tous les passionnés de Donjons et Dragons et, notamment, du monde imaginaire des Royaumes Oubliés. R.A. Salvatore nous dépeint l’Outreterre et Menzoberranzan, la ville drow, avec force de détails merveilleux et effrayants et nous explique les rouages complexes de la société elfe noire: sa politique, son culte et son matriarcat omnipotent. Mais le coeur de l’ouvrage, c’est bien Drizzt lui-même, son évolution dans ce monde auquel il se sent étranger. La relation conflictuelle avec sa mère, Matrone Malice et ses soeurs, confirme que Drizzt est différent des autres, il ose s’opposer. Enfin, les idéaux qu’il se forge grâce à ses expériences et à son père-mentor, Zaknafein, vont l’amener à faire des choix cruciaux qui le suivront tout le reste de sa vie.

L’auteur excelle dans les descriptions sans alourdir le propos. Les dialogues sont bien pesés et nous reflètent parfaitement la cruauté de ce peuple. Inutile de dire que j’ai adoré, je me suis laissée guider sans rechigner dans les méandres des souterrains outreterriens. Une pure merveille, un classique du genre grâce un auteur qui maîtrise aussi bien le fond que la forme.

*

3 Commentaires

Classé dans Fantasy, Livres