Archives de Tag: Tanith Lee

Coeurs de Lune, de Mercedes LACKEY, Tanith LEE et C.E. MURPHY

Coeurs de Lune

La lune... comme c'est mystérieux!

Coeurs de Lune est une compilation sur un même thème – celui de la lune- de trois courts romans: La magie de la lune de Mercedes Lackey, La nuit des sept lunes de Tanith Lee et La lune rouge de C.E. Murphy. Cette compilation a été éditée en 2008 par Luna, un label des éditions Harlequin. Ah, je vous vois pousser des cris d’orfraies à la lecture de ce nom. Oui, vous avez bien lu, Harlequin alias les éditions des bouquins à l’eau-de-rose et des romans de gare kleenex qui ont un intérêt littéraire très mitigé. Alors pourquoi? Explicationnage.

Premièrement, à cause de la thématique. La lune est un corps astral qui m’a toujours fasciné et depuis l’aube des temps, liée au mystique voire au fantastique. Deuxièmement, à cause de Tanith Lee, autre prêtresse des romans vampiriques à l’instar de la non-moins célèbre Anne Rice, dont j’avais depuis longtemps entendu parler et dont je n’avais rien lu. En dépit de ma réticence envers la maison d’édition sus-nommée, j’ai finalement craqué. Même si je le reconnais entièrement, le titre de ce recueil, ainsi que sa couverture, sont quand même assez cucul-la-praline.

Vu qu’il s’agit de trois romans, il serait trop fastidieux de vous proposer une critique des trois dans un seul billet. J’y consacrerais donc un billet pour chacun. En attendant, je vous donne quand même mon sentiment général sur cette compilation (de 408 pages au total) et sa pertinence. Je vous préviens, cela ne va pas être triste.

J’ai donc abordé ce recueil avec méfiance mais aussi avec une certaine curiosité puisque je n’avais lu aucun de ces trois auteurs. L’éditeur nous fait grâce d’une préface qui expliquerait le choix de la réunion de ces trois textes en un seul ouvrage, le directeur de collection ne doit pas être très loquace. Et donc sans préambule, on commence directement par le premier roman, La magie de la lune de Mercedes Lackey puis suivent les deux derniers récits. Il n’y a pas plus d’épilogue ou de postface. C’est de la compilation pure et dure, comme on faisait tout seul, du temps des radio-cassette, ses propres compilations musicales.

Une fois l’ouvrage refermé, je me suis rendue compte de mon erreur, ou plutôt de mon inattention. Si j’avais été enchantée par l’attrait lunaire du recueil, j’avais complètement fait abstraction du premier mot du titre de l’ouvrage. Hé oui, Coeurs de lune. Qui dit coeur, dit sentiment et souvent dans le romanesque, on réserve ces questions ultra essentielles aux femmes. Pour résumer le concept de recueil, ces trois textes parlent de femmes, de leur sentiments et la lune joue un rôle un peu mystérieux dans tout ça. Bon, je vous rassure, cela ne parle PAS QUE de ça bien que ce soit le lien principal entre ces trois romans. Autre point pour vous rassurer, si le texte de Lackey est bien dans la mouvance fantasy, celui de Tanith Lee est à mi-chemin entre fantasy et fantastique et enfin celui de Murphy a quelques pointes de fantastique.

Globalement, je n’ai donc pas aimé ce recueil. Ce n’était pas ce à quoi je m’attendais. Ceci dit, comme vous le verrez dans mes prochains billets, il y a des qualités dans certains de ces romans même certains que je n’ai pas détesté. Mais si je devais analyser objectivement cette compilation, elle n’est pas pour le pur fan de fantasy ou de fantastique. Car malgré tout, on sent un peu le côté Harlequin marketing nunuche [le destiiiiiiiiin de ces « pauvres petites femmes frêles et fragiles qui ont bobo dans leur petit coeur »] et cela m’a gênée.

décevant
Publicités

3 Commentaires

Classé dans Fantastique, Livres