Archives de Tag: Dai Sijie

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, de Dai SIJIE

Invitation au voyage

Invitation au voyage

Fiche signalétique:

Titre: Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Auteur: Dai Sijie
Année: 2008
Editeur: folio
Format poche, 229 pages.

Quatrième de couverture:

En 1971, comme des millions d’autres jeunes citadins chinois, le narrateur et son ami Luo sont envoyés sur une haute montagne isolée voisine du Tibet, où ils seront « éduqués » par les paysans. Les adolescents ont trois chances sur mille de revenir un jour dans leur ville natale. Dans le village voisin, un autre jeune de la ville cache scrupuleusement une valise remplie de livres interdits : Balzac, Flaubert, Hugo, Kipling, Emily Bronté, Rousseau, Dostoïevski… Grâce à ces trésors, la ravissante petite tailleuse, jeune fille convoitée par tous, ne sera plus jamais la même. Ecrit avec un accent de vérité confondant, un roman fort qui, tout en nous plongeant dans la Chine communiste, raconte une belle histoire d’amitié et d’amour, auréolée de la magie de la littérature.

Mon avis:

L’accroche publicitaire a raison. Ce livre est empreint de magie et de littérature.  Et pourtant, je l’avoue, je n’ai pas d’attirance particulière ni pour la Chine, ni pour la période Mao. La Chine ne m’a jamais fascinée, vraiment. Mais j’avais tellement entendu parler de ce livre comme d’un incontournable que je m’y suis lancée, sans rechigner, en laissant agir ma curiosité. Bien m’en a pris!

Le premier chapitre commence de façon intéressante, sans préambule, ni ambages mais plutôt en plein milieu d’une scène qui nous permettra d’apprendre qui est le narrateur et son ami. Le style est un mélange de conte et de journal avec parfois des accents pédagogiques pour situer le contexte de façon plus précise. Toutefois, certains passages m’ont paru trop enfantins ou naïfs d’un point de vue stylisque. J’ai ressenti chez Dai Sijie comme une légèreté de ton, même s’il y a des situations dramatiques ou douloureuses ; une manière de montrer un témoignage simple sur la vérité d’une époque révolue et peut-être sans attirer le lecteur dans le pathos.  On s’attache facilement aux personnages, on les suit dans leur vie qui semble sans avenir et ils arrivent à nous faire sourire par leur débrouillardise ou leur espièglerie, par exemple, l’anecdote du réveil. La « littérature occidentale » est comme personnifiée, on la voit exotique, mystérieuse, interdite, précieuse comme un trésor à travers les yeux de Luo, de la petite Tailleuse et du narrateur.  La magie réside en cela. D’ailleurs, l’histoire d’amour qui naît doucement n’a lieu que par l’entremise de la littérature, vecteur des sentiments.

Ce livre m’a beaucoup plu, objectivement. Il m’a permis de me cultiver un peu plus sur cette époque compliquée et fermée de la Chine maoïste. Je vous le conseille, je pense qu’il est dommage de passer à côté. Le roman est assez court et se lit vite, voire trop vite, comme un voyage express dans l’Empire du Milieu.

*
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Classique, Livres

Sur ma table de chevet… et pas que.

Dans ma pile à lire...

Dans ma pile à lire...

Un petit billet rapide pour vous parler de mes lectures en cours et qui, bien sûr, feront l’objet d’un article une fois l’ouvrage terminé.  Pour une fois, je m’en sors pas trop mal. Seulement quatre livres en même temps, mais pas sur la même timeline, hein^^

En fin de billets, j’ai ajouté les jeux video pour lesquels je suis le plus assidue en ce moment.  C’est parti.

[LysEntropik chuchote: L’avantage de ce billet, c’est qu’une fois posté, je vais me sentir obligée de finir ces bouquins, c’est beau la culpabilité parfois, non?]

Allez, zou!

– L I V R E S –

Les torrents d’argent (Livre 5 de la Légende de Drizzt),
de R.A. Salvatore

J’en ai lu les 2 tiers, j’entame la troisième partie de l’ouvrage. C’est bon signe pour une critique dans pas trop longtemps.

Valombre, Avatars Tome I,
de Scott Ciencin

Lu jusqu’à la moitié puis délaissé, mais juste un temps, pour poursuivre les « aventures drizztiennes » lorsqu’elles ont pointé le bout de leur nez.

Jonathan Strange & Mr. Norrell,
de Susanna Clarke

Je n’en ai lu qu’une cent cinquantaine de pages, c’est-à-dire pas grand chose, vu le pavé. J’ai dû le commencer en début d’année et n’y ai pas retouché depuis. Enfin si, de temps en temps, je relis la double page où se trouve mon marque-page pour me remettre dans le bain mais j’avoue qu’il me tombe un peu des mains.

Balzac et la petite tailleuse chinoise,
de Dai Sijie

Là encore, j’en suis à la moitié et sachant que le livre est plutôt court, je l’aurai terminé assez vite.

– G A M E S   PC –

GTA San Andreas

Je me balade à San Fierro avec mon low rider ou toute autre voiture « de passage », pour ne pas abimer les belles carrosseries que j’ai dans mon garage 4 places.

Disciples II

Non, les jeux en tour par tour ne sont pas du tout chronophages, pfff. C’est pas ma faute, j’adore les Heroes-like surtout s’ils sont bien fichus.

Voilà de quoi m’occuper ce week-end 😉

Poster un commentaire

Classé dans Blogging, Jeux Video, Livres